La technique, est-elle un piège ?







Dans l'atelier, nous dessinons sur modèle nu, tout se passe bien. 
Les poses de 2, 5 minutes se succèdent.


Je dessine détaché au stylo bille, tout est fluide, bien proportionné

Le téléphone sonne, et je réponds
et me voilà pris dans des affects.

Les poses se succèdent et rien ne va plus
impossible de retrouver le détaché, la fluidité
et tout deviens disproportionné, monstrueux.

Curieux du phénomène je le partage au maître
qui me confit, que cela lui arrive aussi, et que dans
ces cas-là il reviens à la technique institutionnel.

Pour retrouver les proportions, les couleurs, 

les ombres et ainsi amener l'œuvre à bout en limitant la casse.

je sors de l'atelier pensif
"La technique ne serait elle qu'un filet de sécurité"





Et je repense au Tango.

La technique, un filet pour attraper celui qui passe par là
La technique, un filet pour relier le vivant
La technique, un filet qui rassure, celui qui n'as pas confiance en lui
La technique, un filet qui emprisonne, et qui tue celui qui s'y accroche
La technique, un filet de sécurité, pour celui qui dépasse ses limites
La technique, un filet imaginaire, contre un accident qui ne peut pas arriver

Que penser alors des pêcheurs 
qui posent ces filets et attrapent les poissons, 
pour remplir les étalages des marchés ? 

Quel issue à cette tragédie,
que celle de devenir chimères du tango, 
poisson volant par dessus ces filets posés ?