ça bouchonne sur la milonga

ça bouchonne sur la milonga !



La musique ne m’inspire pas. J’en profite pour prendre l’air. Sur le trottoir la discussion s’engage.

   « -    Qu’est-ce que tu fais ?
-        Je retire mes bouchons auditifs.
-        tu trouves le volume élevé au tango ?.
-        J’en ai déjà fait les frais en marathon… »

Nous sommes plusieurs freaks/prof du tango, qui, au fil des années, en sont arrivé à se faire faire des bouchons.

En effet  bien que de plus en plus sensibilisés sur la question, du chemin reste à faire.
 


En milonga nous somme dans les 92 décibels sur la piste. Une exposition de plus de 30minutes par jours sans protection peut s’avérer donc dommageable pour l’oreille. Nous ne sommes évidemment pas tou☆s identiques face au volume sonore et prise de risque ne veut pas dire accident obligatoire. 

Néanmoins,  nous somme à Toulouse une petite dizaine à protéger systématiquement nos oreilles en milonga, souvent suite à la prise de conscience tardive des dangers.

Le danger existe en milonga . Il est donc nécessaire d’avoir conscience de repères de durées pour pouvoir faire des pauses régulières si le besoin se fait sentir.
  • Une tanda de tango dure en moyenne 13 minutes .
  • A chaque fois que la tanda de valse se termine , une heure vient de s’écouler
  • Le  bal quant à lui,  dure en moyenne 4 heures.

Et pour ceux et celles soucieuses de leur audition il reste les bouchons pour musiciens, réalisés sur mesure dans tous les magasins de prothèse auditive. C’est confortable d’usage et baisse le volume de 25 ou 30 décibels au choix, et ceci sans détériorer la qualité sonore. 

Ça vaut dans les 150€ mais reste un investissement tout autant nécessaire qu’une bonne paire de chaussure de danse , surtout si vous commencez à voyager dans les marathons et festivals.

Ha si j’avais eu mes bouchons à Buenos Aires ….