Je suis Snob ! Complètement snob.


Samedi dernier je reçois un SMS

« Nous organisons du tango en plein air, tu viens ? »

Le soleil étant au RDV c'était l'occasion pour moi de sortir prendre un peu l'air.
Arrivé☆ sur place je me tiens à distance,je m'assoie et regarde. Cela me fait plaisir d'être ici en observat.rice.eur. Je sens que mon comportement singulier est mal comprit, mal accepté, il dérange, on vient donc m'inviter à danser... 

           

"Tu viens danser ?".

"Non, je suis fatigué☆".

"Allez viens, moi j'ai envie de danser et il n'y a pas assez de guid☆s "

"Tu peux pas danser en solitaire ? ou inviter quel qu'un d'autre à partager une tanda ? c'est l'occasion de changer de rôle non ? Moi, j'ai dansé tous les soirs de la semaine, je suis fatigué☆, j'ai envie de vous voir, de partager une présence, tout en profitant du soleil et de l'ambiance."



Cela rejoignait quelque part le bonjour dans le Tango. J’avais seulement envie d'être là , sans interagir avec les personnes. Pourquoi devrais-je me justifier ? Ma présence à 30m de l'action ne le signifie il pas ouvertement ?






Explorant mon tango par d'autres moyens pour en comprendre la matière et affirmer ma singularité. J'ai pris conscience de l'importance de la notion de distance. Une sphère intime nous englobe et cette sphère ne peut être partagée que dans le consentement. Parfois nous ne souhaitons pas partager cet espace.



Dans les danse sociales, et plus particulièrement dans le tango, l'obligation de partager cette sphère nous fait perdre de vue la nécessité du consentement.

 Dans dans certaines situations, comme celle-ci, si tu n'as pas la force de refuser et d'argumenter au besoin tu te retrouves à danser pour "faire plaisir", "par obligation sociale", "par soumission" . En somme pour plein de mauvaises raisons. 

Ceci peut paraitre anodin, mais avec le temps, la sensibilité augmentant, la distance physique et morale avec la communauté tango prend alors toute son importance.  




Il faut savoir que partager le contact corporel du tango, c'est partager un espace très intime. S'y introduire par la force reviens à peu près à l’identique que de s'introduire par effraction chez quel qu'un. 

Quand l'on débute le tango on trouve cela "social" de forcer la Tanda sous un prétexte ou sous un autre. Certaine personnes conscient☆s des enjeux, elle aussi, en abuse.  L’expérience aidant, il arrive un moment ou cela devient intolérable à vivre.  

Non pas que les uns soient devenu☆s snob, ou que les autres soit  des malotrus, mais surtout que la notion de la distance nécessaire pour soi et pour l’autre, bien que primordiale dans la danse, n'a jamais été posée, ni en cours, ni en milonga...

Bonus :