[Article] Danses tu ?

Danses tu ? 


La Colmena ce sont des atelier/cours de tango dans une optique Queer, mais aussi des discutions/débats autour de thèmes variés.
Hier soir suite à l'atelier, pendant le temps de partage, nous en sommes venus à cette question de la danse.


Qu'est-ce que la danse ? Et à quel moment passons nous du mouvement à la danse ?





La vie est remplie de rythmes, de notre naissance à la mort, éternels ces rythmes sont par essence mouvement. Mouvement des planètes créant le rythme des saisons, battement de cœur rythme de notre sang, rythme social mouvement des travailleurs.... Le mouvement est intimement lié à la notion de rythme et pourtant,si nous refusons l'idée que tout est de la danse une frontière reste à définir.

La danse est mouvement ! Quand je ne bouge pas je ne danse pas ?
La danse est continuité de la musique !  Quand la musique s'arrête la danse prend le relais?
La danse est mouvement esthétique ! Quand le mouvement se calque sur notre grille de lecture du laid ce n'est pas de la danse ?
La danse est expression ! Quand le mouvement ou son absence ne communique rien est ce de la danse ?

Finalement la danse à définir c'est bien plus compliqué qu'il n'y parait.Et pourtant dans le microcosme du tango argentin tout le monde porte un jugement de valeur sur la qualité de la danse de l'autre en supposant que tout le monde danse.




Mais qui danse au sein de la Milonga à Toulouse ? .... les personnes accoudées au bar, Les personnes assises autour des tables ? Non, pas vraiment. La personne à la caisse qui court derrière les resquilleurs en levant les bras au ciel ? Tentant mais pas convainquant. Les aléas autour des toilettes ? Possible.Là au centre de la pièce !!! J'ai trouvé !!!





Le champ de la danse se situe physiquement en Milonga au centre de la pièce sur ce que l'on nomme communément la piste de danse... mais être sur cet espace scénique fait-il de nous automatiquement des personnes dansantes ? En tout cas pas ces 2 là qui discutent et encore .....

cet espace est et restera ambigüe. Les danses sociales restent une interprétation par le mouvement d'une musique. Cette interprétation se doit d'être personnelle , et ouverte au dialogue corporel . Cette définition nous plais à la Colmena .... mais selon cette définition, en définitive peu de personnes dansent...

En effet beaucoup de personnes s’arrêtent à l'interprétation par le mouvement selon la grille donnée en cours. Ce qui donne des danses techniquement correctes mais ennuyantes, car prédictibles ou revêtant les traits de l'enseignant.

Et des personnes qui techniquement sont irréprochable beaucoup ne vont pas dans le champs discursif , danser avec ces personnes c'est comme danser seul ce qui donnent des danses techniquement correcte mais extrêmement froides. Là aussi réduit au simple déplacement des corps, il n'y a pas vraiment de danse sociale. 

De toute façon il est l'heure de rejoindre la Milonga, nous plions bagages, et sur le chemin une personne bien connue des milongas toulousaines nous revient en mémoire. Un personnage atypique, et c’est avec amusement que l’on découvre surpris que cet étrange personnage barbu, est assurément l'un des plus grands danseurs de Toulouse....

Sourire aux lèvres de cette découverte incongrue, nous poussions la porte de la Milonga.